Archives de catégorie : USA

les derniers jours: far far ouest

Le départ de Port Angeles.

Nous partons de Port Angeles après un petit-déjeuner copieux. Nous avons recalculé l’itinéraire la veille. Il totalise 117 km. Nous voulons continuer à suivre ‘l’Olympic Discovery Trail’. Ce trail, actuellement inachevé, part de Port Townsend, passe par Port Angeles, longe le lac Crescent et s’achève sur les plages à l’ouest de la péninsule. Malheureusement, ce trail n’est pas encore terminé. Nous savons que certaines portions empruntent la freeway 101, tandis que d’autres portions sont tout simplement inachevées…

IMG_4274 (1)
Départ de Port Angeles

La première partie du trail est remarquablement bien faite, et nous ne croisons quasiment personne. Nous empruntons un pont remarquable : la partie supérieure est réservée aux voitures, une passerelle inférieure est réservée uniquement aux cyclistes. Cela sera-t-il le futur en France ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Double pont emprunté le long du trail,  le pont supérieur pour les engins motorisés, le pont inférieur est réservé aux vélos uniquement

Le parcours le long du trail est extraordinairement agréable. Puis nous rejoignons des routes mixtes, comme nous en trouvons tant en Europe. La circulation automobile y est très limité, le temps est idéal, et le plaisir est au rendez-vous.  Finalement, nous atteignons le bord nord du lac Crecent.

IMG_4290
Les aborts du lac Crecent
Lac Crecent
Un pont de l’Olympic Discovery Trail enjambant un bras de rivière le long du lac Crecent

Après un kilomètre, malheureusement, le trail goudronné se transforme en trail de terre, et progressivement le trail de terre se transforme en sentier de randonnée. Impossible de ne pas mettre pied à terre, certains passages se révèlent nettement périlleux. La moyenne kilométrique chute vertigineusement. Après trois heures de route, nous totalisons 40 kilomètres depuis Port Angeles…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Au nord du lac Crecent, dans la partie inachevé du Trail

Et puis, progressivement, le trail s’améliore, et nous retrouvons la partie goudronnée. Sa fréquentation semble nulle et de temps en temps quelques obstacles nous font encore baisser la tête…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les imprévus du trail olympique, nord du lac Crecent

 

La fin du trail est totalement inachevée et emprunte, pour un vingtaine de miles, soit la freeway 101, soit des routes parallèles à la freeway, qui se révèlent complètement désertes. Cela nous incite à accélérer le rythme. Finalement, nous atteignons vers 16 heures Rialto Beach (et Frédéric), sur le Pacifique. Nous nous attendions à un spectacle grandiose, nous étions probablement encore en dessous de la vérité. La beauté sauvage et préservée de la plage coupe le souffle.

IMG_4292
Rialto Beach
IMG_4306
Rialto beach, un trou dans la falaise
IMG_4327
Rialto beach, le repos des cyclistes
IMG_4324
Rialto beach, les troncs d’arbres charriés par les rivières lors des crues se retrouvent en vrac le long de la plage
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Rialto beach
IMG_4351
Rialto beach, un point de vue quelque part sur la falaise

Nous cherchons un camping pour passer la nuit. Il serait possible de dormir sur la plage mais le règlement du parc national est très strict, et il impose une longue marche à pied de plus de un mile, en laissant les vélos derrière nous. Le camping ‘officiel’ du parc est plein, on nous conseille ‘cycle camp’, un camping non officiel tenu par Billy, un biker qui pourrait être le père de ‘Litel Kevin’. Billy a une grande barbe, il aime les deux roues excentriques et les belles mécaniques, comme vous pouvez en juger en dessous:

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le propriétaire de ‘Cycle camp’ (photo accrochée dans la cuisine)

Son camping est très agréable et qui plus est, il n’impose aucun tarif, il préfère fonctionner sur le principe de la ‘donation’. Si nous sommes satisfait du camp, nous faisons un don pour que le camp puisse perdurer et rendre service aux bikers suivants… Beau concept.

 

Le dernier Jour

Vendredi… Déjà pas de vélo, nous devons quitter la péninsule en voiture. La route est longue, nous attachons les vélos à l’arrière de la Honda, et nous prenons encore le temps de flaner dans la « rain forest ». certains animaux ont été tellement habitués aux randonneurs qu’ils n’en ont aucune crainte, comme ce cerf:

IMG_4396

Dernier passage sur la plage suivante de Ruby beach, aussi belle que la plage de la veille, et il nous reste 5 heures de voiture pour regagner Redmond…

Hurricane ridge (La crête de l’Ouragan)

Mercredi:

La monté de l’Hurricane ridge est considérée comme la plus dure des toute les montés de l’etat de Washington. Autant de dénivelé que le Mont Ventoux: environ 1700 mètres. Les premiers miles frôlent les 9%, puis après un replat court, le pourcentage devient très constant aux alentours de 6-7%. Le revêtement est excellent, la route est route large. En pratique la montée est moins dure que le Ventoux et que bien des montées alpines.

En partant tout le matin, nous traversons les nuages. En haut nous trouvons le  soleil et des vues imprenables. Frédéric nous rejoint en voiture. Après un court café (voir la photo!) nous complétons la sortie par une belle randonée à pied, sur la crête de la montagne.

Vers 5 heures nous reprenons nos mulets et nous redescendons vers Port Angeles. Les sensations de la descentes sont moyennes avec nos gros vélos, qui vibrent des que la vitesse devient un peu importante. Nos arrivons sans encombre dans la ville, et totalisons une petite moyenne, environ 65 km.

Rue Francis (voir la pancarte) par laquelle on commence la montée.

RueFrancis

UN BON CAFÉ

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Hurricane ridge
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La route par laquelle nous somme monté
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La « American Bistorte »

Le panneau explicative disait que cette fleur sente les chaussettes salles

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Olympic trail: de Port Townsend à Port Angeles

Mardi matin, nous partons de Port Townsend, confiant dans notre expérience de la veille. Notre plan est de rejoindre la ville principale de la péninsule, Port Angeles.

Comme la veille, la sortie de la ville est plaisante. Nous empruntons un chemin des douaniers, puis nous descendons vers le sud, par des trails non goudronnés en sous-bois.

Au bout d’une dizaine de miles, le trail finit par rejoindre la route 20, puis la freeway 101, qui longe la ‘discovery bay’. Il n’y a pas d’alternative. La freeway  coupe au plus près du fond de la baie, et il n’y a pas d’autres routes.  Le bas-coté nous permet de rouler dans des conditions de sécurité acceptables, mais je gamberge: suis-je en train de nous entrainer, Masha et moi, dans ce qu’on pourrait appelr un very bad trip?

Au bout de 2 miles environ, heureusement, nous retrouvons de petites routes parallèles sur lesquelles la circulation est très réduite. Immédiatement, l’aspect campagnard réapparait. Le long de notre route, nous observons de nombreux batiments pittoresques, comme cette caserne des pompiers.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Caserne des pompiers

Un peu plus loin, en atteigant le fond le la ‘sequim bay’, nous nous arretons devons un centre culturel amérindien. A l’entrée trone un impressionant totem.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La baie de ‘Puget sound’ est réputée pour ses bancs d’orques, ou baleines tueuses. La présence de ces gros aniaux ne semble pas avoir échapper aux artistes amérindiens modernes, qui en ont fait l’impressionant totem ci-dessous:

WhaleKiller

Nous ignorons quelle est la signification de ces objets, mais il sont visuellement très réussis.

Nous passons ensuite dans la l’arrière pays de la ville de Sequim. Cette partie est extrêmement rurale, avec de nombreuses exploitations agricoles. La nature semble être particulièrement généreuse ici. Il y a abondance de baies le long du trail. Nous nous servons très généreusement, plus besoin de barres énergétiques!

Photo 02-08-2016 10 47 44 mures

Le soin avec lequel certaines parties du trail ont été constituées est impressionnant, d’autant plus qu’une bonne partie de ce trail est très peu fréquenté.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Pont

Et l’arrivé du trail sur Port Angeles est bien jolie

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Arrivé Port Angeles

Apres avoir laissé les velo à l’hotel (motel) – une rando avec Frederic dans une foret enchantée près du lac Crescent

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nos jeux olympics : de port Townsend à Fort Flager

Nous sommes (enfin?) partis de Redmond ce matin, dans le but de rejoindre la péninsule olympique. Après voir laissé Maxime à son cours d’escalade à Redmond, avec son cousin et sa tante, nous sommes partis à 3: Frédéric, Masha, et moi, en voiture direction Deception pass, puis Coupeville. Deux vélos sur le porte bagage. Google map indiquait 2 heures de route: il nous en faudra plus de trois. Les routes sur les presqu’iles sont sinueuses et souvent en travaux. Finalement nous arrivons à l’embarquement pour le ferry vers une heure de l’après-midi… La traversée se passe sans encombre, pour une bonne partie dans une brume épaisse, de laquelle émerge parfois, vers le nord, les contreforts du mont Baker. Pas d’orques en vue. La baie de Seattle est pourtant réputée pour abriter plusieurs bancs de ces baleines tueuses…

voiture_velos

La voiture au départ de Redmond.

plage

Arrivée à Port Townsend, vue du ferry.

Que fait-on quand on arrive à près de quatre heures de l’après-midi au motel? On ne se décourage pas et on se prépare pour l’itinéraire prévue de la journée, une petite virée de 70 km en boucle, partant de port Townsend pour aller jusqu’à Fort Flager, une des anciennes fortifications qui gardaient la baie de Puget Sound donnant accès à Seattle.

Cette ballade est une bonne surprise: la première partie s’effectue sur un trail en sous-bois. La trail n’est pas asphalté, mais ce n’est pas un problème pour les ‘gravel bikes’ que nous pilotons (les pneus sont en 700x32c tout de même!). La deuxième partie s’effectue sur des routes ouvertes à la circulation automobile, mais la circulation est très limitée sur une bonne partie du parcours, et sur la partie ou il y a le plus de trafic, les bas-cotés sont extrèmement larges. Détail agréable, les américains laissent un bon mètre de distance lorsqu’ils nous doublent en voiture. Par rapport à la France, ou nous sommes souvent frôlés, c’est une situation très agréable.

forest_road

La route vers Fort F, bien déserte…

Le paysage n’est pas à proprement parler sauvage dans cette partie de la péninsule, bien colonisée. Mais l’alternance de parties boisées et de paysages côtiers assez déchiquetés ne lasse pas. Nous reviendrons à Port T à 20 heures tapantes, juste à temps pour profiter de l’ambiance 19ème siècle de la ville et reprendre des forces au restaurant.

benoit

Un quidam posant entre mer et forêt…

Vu_du_Pont

Vue du pont qui relie la péninsule à l’indian island.

baie

Le commencement du Pacifique…

erables

Un arbre à papier (érable japonais ?) , Marrowstone island, pas loin de Fort F. 

fortF

Fort F: quelques ancien baraqements reconvertis, vue remarquable sur Puget Sound.

 

selfy

Selfie embrumé (peut-on dire romantique?)